Délégationdu Berry

À Henrichemont : le témoignage plein d’émotion de Claude Landron

Un grand merci à toi cher Claude Landron pour tes 10 ans de présence comme responsable d’équipe.
Ton mandat terminé, tu as tenu, lors de ton discours de départ, à revenir sur ces dix années en nous précisant que tu continuais, mais sous une autre forme, à rester actif au niveau de la délégation du Berry.

Voici pour vous lecteurs un véritable témoignage que Claude Landron nous livre à l’occasion de la fin de son mandat de responsable de l’équipe Secours Catholique d’Henrichemont :

« Chers amis,

Voici venu le moment de vous dire au revoir.

Certes, il ne s’agit pas d’un départ définitif ; mais avant de m’éloigner, je souhaite exprimer quelques remarques sur ces années que nous avons partagées, et particulièrement sur les changements observés pendant ces dix années à Henrichemont. Changements dans l’environnement social des personnes en situation de pauvreté en monde rural, changements au sein de notre équipe et changements personnels.

Pendant ces dix ans, la situation des personnes en difficulté a changé dans le monde rural.

La protection sociale s’est améliorée, les conditions de logement sont meilleures, les personnes âgées et isolées ont plus de facilités pour intégrer les maisons de retraite.

Mais simultanément, les conditions pour atteindre un niveau décent de vie sont plus contraignantes : si le confort des logements s’est accru, les loyers sont incomparablement plus élevés, se chauffer à l’électricité est plus aisé que de couper son bois de chauffage, mais nécessite des ressources régulières, il faut alors gérer un budget que les services sociaux eux-mêmes ne peuvent pas toujours proposer.

Pendant ces dernières années, un facteur de pauvreté s’est développé : il s’agit de la modification de la structure des familles qui conduit à la normalisation de la solitude et des difficultés qui l’accompagnent. Les personnes âgées entrent en maison de retraite et sont coupées de leurs descendants ; le nombre de familles monoparentales s’est accru, il est déjà difficile de gérer le quotidien quand on doit assumer en même temps son travail et l’éducation de plusieurs enfants en bas âge, mais que faire quand survient le moindre problème matériel à résoudre.

C’est à ce type de nouveaux défis que notre équipe a dû s’adapter pendant ces années.

Les membres du Secours Catholique d’Henrichemont n’ont pas ménagé leur peine, il leur a fallu se donner les moyens matériels pour que soit accomplie efficacement la mission.

Le vestiaire s’est transformé en magasin solidaire, un magasin comme un autre où le choix proposé est vaste, où les prix sont raisonnables, où l’accueil est chaleureux ; la preuve en est qu’une partie de la clientèle revient chaque semaine nous visiter.

Des travaux de rénovation, d’aménagement et de mise aux normes des locaux ont été entrepris.

Cette transformation n’a pu se réaliser qu’en associant toutes les énergies : en premier lieu, notre délégation a monté le dossier de financement de l’opération, géré les travaux.

Les membres de l’équipe ont tous participé dans la mesure de leurs moyens à leur accomplissement. Pendant ce temps le magasin poursuivait ses activités dans un garage glacial et obscur en hiver, prêté par la mairie pour l’occasion. Que de bons souvenirs !

Tous ces aménagements, qui ont permis à notre équipe d’être mieux reconnue, ont favorisé les collaborations, en particulier avec les assistantes sociales.

Je voudrais terminer par une touche plus personnelle, en témoignant de l’empreinte du Secours Catholique dans l’évolution de ma vie ces dernières années.

On ne passe pas dix ans de sa vie dans une équipe du Secours Catholique sans avoir été transformé au plus profond de soi-même, par le partage avec les personnes en difficulté, surtout en milieu rural où tout le monde se retrouve pour une occasion ou une autre.

Un autre domaine est aussi bouleversé par notre vie au Secours Catholique, c’est celui de notre relation à Dieu.

La lecture de l’Évangile prend une dimension qu’elle n’avait pas avant.

Nous découvrons concrètement comment le pauvre et celui qui est désigné comme le "petit" ont une place d’honneur dans l’Évangile, il y est respecté, consolé, et conduit au salut.

Merci à vous tous. »

Claude Landron

Imprimer cette page

Portfolio